Secrets de flic – guerre des polices, stups et mafia, l’ex-patron de la PJ raconte

PETIT Bernard – Éditions du Seuil – 2018 – 301 pages

Résumé : L’auteur évoque sa carrière en tant que directeur de la police judiciaire. Cette dernière prend fin brutalement en février 2015 lorsque le ministre de l’Intérieur le suspend de ses fonctions. Cherchant les causes de sa disgrâce, l’ex-chef du 36 quai des Orfèvres évoque ses plus grandes enquêtes dans lesquelles se mêlent guerre des polices, terrorisme, crime organisé et délinquance financière.

Quatrième de couverture : « Lorsque j’ai été contraint de prendre ma retraite, j’étais le patron du 36, quai des Orfèvres. Le 3 février 2015, au petit matin, tout bascule. Des fonctionnaires de la police des polices débarquent dans mon bureau pour me signifier ma garde à vue. Quarante-huit heures plus tard, je suis mis en examen, soupçonné d’avoir violé le secret d’instruction d’une affaire sans intérêt, sur la foi d’un seul témoignage que je conteste. À la sortie du conseil des ministres, Bernard Cazeneuve me suspend immédiatement de mes fonctions. À peine quelques semaines plus tôt, le ministre de l’Intérieur me félicitait publiquement. J’avais été l’un des premiers à entrer dans les locaux de Charlie Hebdo, ce funeste 7 janvier 2015. Avec mes hommes, j’ai organisé la traque des frères Kouachi et pisté Coulibaly. J’ai donné l’assaut contre l’Hyper Cacher. »

Comment comprendre la chute si brutale du commissaire Bernard Petit ? Toute sa carrière en témoigne, il était ce qu’on appelle « un grand flic ». Avant de diriger le 36, il a contribué à démanteler la Chinese Connection puis mis à bas les plus puissants réseaux de trafiquants de drogues ; il s’est aussi attaqué aux délinquants en col blanc quand il était en charge de la lutte contre la criminalité organisée et la délinquance financière. Alors pourquoi est-il tombé ?

Bernard PETIT Bernard Petit a fait une carrière exemplaire au sein de la Police nationale. Il a débuté en bas de l’échelle comme inspecteur, avant de devenir commissaire, major de sa promotion. En 1987, il est affecté à la DCPJ où il fait une grande partie de sa carrière. En décembre 2013, il est nommé patron de la police judiciaire parisienne. Il restera à la tête du prestigieux « 36 quai des Orfèvres » jusqu’en février 2015. Il est alors suspendu de ses fonctions par le ministère de l’Intérieur après avoir été mis en examen pour « violation du secret de l’instruction. » Il publie « Secrets de flic » en mai 2018 aux éditions du Seuil.

Où acheter : dans toutes les bonnes librairies de quartier

L’avis de Crim’HALT :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s