L’Infiltré, de Hubert Avoine

          Lors du 3ème Salon « des livres et l’alerte » qui se tiendra les 2 et 3 décembre à la La Maison des Métallos à Paris, vous aurez l’occasion de rencontrer Hubert Avoine, auteur de L’Infiltré, publié aux éditions Laffont (2017).

Agent de l’Office Central pour la Répression du Trafic Illicite des Stupéfiants (OCRTIS), Hubert Avoine décide, avec l’aide de l’expert en espionnage et journaliste pour Libération Emmanuel Fasten, de composer cet ouvrage afin d’y rapporter son expérience. Son récit constitue un travail de dénonciation autant que de sensibilisation. Il nous permet de le suivre dans ses années d’infiltration du milieu des narco-trafiquants, d’Amérique Latine notamment, mission au cours de laquelle il avoue être « devenu complice d’un système qui, au prétexte de lutter contre le trafic de drogue, contribuait à sa diffusion massive. Jusqu’à la rupture, aussi brutale que violente. »

Vous aurez l’occasion d’en savoir plus lors des conférences « l’alerte face à la grande criminalité » et « Etat et abus de droit » et l’auteur sera présent au salon pour dédicacer son ouvrage. Mais pour vous offrir dès à présent un premier regard sur ce livre, le Secrétaire de Crim’halt, Vianney Turbat, en a rédigé pour vous un petit compte-rendu, que vous trouverez ci-après.

* * *

          Tout d’abord, le livre est bien écrit, cela mérite d’être souligné. Les phrases sont parlantes, parfois cinglantes ou caustiques ; il engage un dialogue avec le lecteur et c’est agréable à lire. On sent même un rythme à ces histoires qui s’enchaînent, jusqu’à une sorte de rebondissement final qui correspond à une remise en question du personnage.

C’est le récit d’un homme, M. Avoine donc, dont la jeunesse est indirectement liée à des trafics et consommation de stupéfiants. Dès les premiers chapitres, l’on apprend que sa femme, consommatrice, a réussi à obtenir la garde de leurs deux enfants en Espagne et que le personnage va entamer un lourd combat juridique pour récupérer ses enfants. Cela va le motiver dès le début à se mettre au service des services de l’Etat français, pour faire avancer les procédures internationales.

Adepte des cercles très fermés de la ville de Cannes, il va permettre la mise en relation en février 2007 de la PJ de Nice avec un « voyou corse » dans la tourmente, dont les tuyaux lui éviteront la prison. De là, Hubert Avoine devient indic du ministère de l’intérieur sur le trafic de stupéfiants et dépend du SIAT, le service interministériel d’assistance technique, créé par la loi Perben II.

Par la suite, il sera dépêché durant une longue période sur des missions au Mexique, où ses informations sur Ingrid Betancourt et l’apparente possibilité de mettre l’Etat français en contact avec les FARC le font remarquer. Sa libération serait donc fortement liée à son implication dans ce dossier, mais ces excursions au Mexique lui permettront surtout de faire la rencontre de plusieurs personnages-clés dans les cartels mexicains, comme une certaine Gabriela Vasquez, une banquière qui blanchit leurs fonds. Hubert Avoine lui offrant un accès privilégié à Paris, leurs relations professionnelles se nouent étroitement et lui méritent l’intérêt de la DCPJ à Nanterre qui prend le relais de la PJ de Nanterre.

A partir de là, Hubert sera directement en contact avec la DCPJ et plus particulièrement avec le patron de l’Ocrtis (brigade anti-stup), François Thierry, pour le compte duquel il va continuer à nouer des liens avec ses contacts au Mexique, jusqu’à faire infiltrer un agent américain et se rapprocher d' »El Chapo », l’homme à la tête du plus gros cartel dans les années 90/2000. L’on suit le personnage sur d’autres affaires aux Antilles, ou à Paris, et se poursuit durant les deux premières parties du livre une histoire somme toute assez angoissante, de par le travail d’infiltration et les situations dans lesquelles Hubert Avoine se plonge, au coeur d’un trafic de stupéfiants dans des pays où il est redouté que la couverture de la brigade anti-stup ne suffise pas à le faire revenir en France si les affaires tournaient mal.

Durant ces deux premières parties, la narration est très factuelle. Cela permet de s’insérer dans les réseaux du crime et de leurs pratiques en termes de blanchiment d’argent et de transport de drogues qui sont bien expliqués. L’on y lit des contacts réguliers entre Hubert Avoine et François Thierry, presqu’amicals et l’état d’esprit de l’auteur dans cette partie du livre reflète une certaine confiance dans les entreprises de l’Etat (quelques passages de doutes ceci dit, mais relativement sporadiques) contre les trafiquants, Etat qui l’appuie dans ses démarches judiciaires.

Dans la troisième partie en revanche, toute la question du lancement d’alerte (mot qu’on ne lit nulle part dans le livre, preuve s’il en est qu’il pourrait être un lanceur d’alerte) se pose pleinement. Si, sans pour autant préjuger d’une situation professionnelle au milieu du crime dont je ne parviens à imaginer les aspects et les angoisses, il semble manquer de remise en question sur les actions de l’Etat et le peu d’informations que soutire Hubert Avoine à François Thierry concernant l’issue de ses missions. Au final, Hubert Avoine, en confrontant pièces de procédures (par exemple concernant l’affaire Air Cocaïne) et son propres vécu, ses observations et ses conversations avec François Thierry, met en lumière des pratiques douteuses de la PJ pour coincer les malfrats et sur lesquelles il se penche sur toute la dernière partie du livre. Quelle est la place de la PJ quand elle facilite voire engendre un trafic de stupéfiants ? Dans cette dernière partie, l’auteur s’interroge surtout sur le statut des indics, qui ne sont officiellement pas rémunérés et qui disposent d’un marché privilégié pour écouler leurs produits contre leurs informations, un statut que l’on ressent très flou au travers d’affaires juridiques impliquant des trafiquants indics. D’autant, comme on le voit avec la clôture de l’histoire de l’auteur, que ces indics eux-mêmes peuvent ne pas être informés de l’issue de leurs actions : Hubert Avoine apprendra des années plus tard avoir travaillé pour le compte de la DEA dans le démantèlement du cartel d’El Chapo, sans avoir été aucunement été rémunéré par l’Etat américain. Qui sont ces indics quand ils n’agissent que pour le compte de l’Etat français : « J’ai agi pour e compte de l’Ocrtis, je n’ai pris aucune initiative, j’ai tout le temps rendu compte de ce que je faisais ». C’est un autre indic qui parle lors de son procès mais après 200 pages d’infiltration dans les réseaux de stupéfiants, cette phrase résonne comme un écho à la place d’Hubert Avoine dans ses relations avec les trafiquants et François Thierry, qui apparaît petit à petit comme le premier trafiquant de France.

Au bord de la paranoïa, Hubert Avoine décide de rompre le silence et d’adresser une lettre au procureur Molins. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s