Anvers face à l’explosion du trafic de coke. Crim’HALT sur France Culture

Fabrice Rizzoli, président de l’association Crim’HALT et spécialiste des mafias était l’invité de l’émission « Cultures Monde », le magazine international de France Culture par Julie Gacon.

🎙️ Anvers face à l’explosion du trafic de coke

Pourquoi le trafic de drogues a-t-il explosé à Anvers ?

Fabrice Rizzoli : « La richesse du port d’Anvers, quand on étudie la géopolitique, c’est son hinterland, son arrière-pays. Il est situé au cœur économique de l’Europe, il accède à tous ces pays très riches, le Benelux, l’Allemagne, la France. Ce sont tous ces trains qui peuvent partir, qui peuvent alimenter d’autres ports, des ports fluviaux : Bruxelles, Liège et jusqu’à Duisbourg. Il y a toute cette continuité économique qui fait que le port d’Anvers a été ciblé au moment où il s’est agrandi il y a 15 ans, quand on a voulu y construire deux nouveaux terminaux et que le cœur très riche de l’Europe a pris le virage du commerce par container. Ensuite, vous avez la présence d’une criminalité professionnelle, on parle de mocro maffia, mais vous avez les mafias italiennes, les mafias albanaises et les clans qui ne sont pas des mafias étrangères, des clans des Pays-Bas qui sont extrêmement importants, avec un certain savoir-faire. Un autre indicateur qui fait qu’Anvers et Rotterdam ont connu une accélération des trafics est que les Pays-Bas et une province de Belgique sont devenus producteurs de drogues de synthèse il y a une dizaine, quinzaine d’années, augmentant donc les opportunités économiques et de trafic dans ce port. La cocaïne arrive mais l’ecstasy, elle, est produite aux Pays-Bas et en Belgique et repart dans l’autre sens. »

Comment les organisations mafieuses infiltrent le port ? Comment est-ce qu’elles établissent le contact avec les dockers qui pour certains, refusent d’être mêlés au trafic et pour d’autres, voient bien l’intérêt immédiat en espèces sonnantes et trébuchantes ?

Fabrice Rizzoli : « Vous avez la notion de complicité, c’est à dire que même si la macro mafia va être visible par la violence, des condamnations et des peines de prison très fortes pour le trafic, on oublie un peu vite que ces gens-là passent leur temps à blanchir et que leurs complices sont souvent belges et hollandais, y compris dans les Caraïbes hollandaises par exemple. 

Ensuite, on fait du renseignement criminel et on va d’abord savoir qui a le pouvoir, qui contrôle les marchandises, qui nomme les personnes pour faire le tour de 22h à 6h00 du matin quand je veux faire passer ma drogue et qu’on ferme les yeux. Je vais faire du renseignement sur des gens qui ont des besoins. On parle de salaires qui sont très faibles d’une manière générale, et donc les gens peuvent avoir des dettes de jeux, des problèmes de santé, peuvent avoir d’énormes problèmes de divorce. On peut être souvent surpris de la faiblesse des sommes corruptives, y compris dans la police française, 10 000€ ou 15 000€, ce qui n’est pas énorme par rapport au risque de perdre sa carrière, du bannissement social, etc… Cela dit, la mocro mafia est devenue très riche, il y a vraiment cette puissance corruptive des organisationnelles qui savent faire du renseignement, chercher le point faible.

Et enfin on parlait aussi de l’efficacité des contrôles. Depuis 2017 les saisies ont doublé dans le port d’Anvers. Il y a une prise de conscience de la part des autorités belges. Il y a du progrès, mais on sait aussi que ces dernières années, les trafiquants peuvent exporter beaucoup plus de cocaïne et sont prêts à prendre beaucoup plus de risque de la perdre qu’avant. Pourquoi ? Parce qu’il y a une surproduction de cocaïne dans les pays andins, donc ça aussi ça permet de comprendre à quel point ils sont riches s’ils sont prêts à perdre autant de marchandises. »

Un chien renifleur de drogue renifle des cartons de fruits lors d’un contrôle habituel de la douane dans un hangar d’une entreprise fruitière au port d’Anvers, Belgique, le 20/05/22 ©AFP – Valeria Mongelli

Des questions se posent sur la corruption des douaniers, puisque en février 2021, ont été déchiffrées des messageries Sky ECC ou EncroChat. Des millions de communications entre narcotrafiquants ont révélées la corruption d’agents de police, de gendarmes et de douaniers. Qu’est ce qu’on a appris de cette énorme opération ?

Fabrice Rizzoli : « C’était particulièrement intéressant parce qu’on a découvert des trafics, par exemple des assassinats commandités, c’est à dire que très clairement on a arrêté des tueurs à gages dont jusqu’ici, si on n’avait pas eu accès aux communications cryptées, on n’avait pas la preuve. Mais aussi toutes violences commanditées puisqu’on a mis fin à des salles de tortures en préparation ou parfois déjà activées dans des containers à Rotterdam par exemple. On a découvert des enquêtes de blanchiment dont on avait pu faire échec. C’est très compliqué de prouver le blanchiment au tribunal, il faut faire le lien entre l’infraction et le bien qui a été acheté et si tout ça a fait l’objet de plusieurs passages dans plusieurs pays des paradis fiscaux. C’est compliqué de faire la preuve du manquement dans tous les pays, en Belgique mais aussi en France, et donc là on a pu confronter les personnes qui disaient recevoir du cash et ainsi stopper quelques profils low profile de trafiquants. Du point de vue criminologique, ce sont des débouchés très intéressants. »

Quels sont les moyens de lutter contre la filière ?

Fabrice Rizzoli : « La Belgique a bien pris conscience ces dernières années de ce qui se passait à Anvers. On a récemment vu des propositions de loi, en particulier des propositions pour augmenter le nombre de douaniers, il y a un effort financier à faire évident parce qu’on baigne tous quand même dans le libéralisme, en théorie, toujours moins de fonctionnaires, toujours moins de contrôle, et on voit bien que cela ne fonctionne pas. Il y a surtout une augmentation du tonnage et du passage et pas d’augmentation de contrôle.

Et puis il n’y a pas que la saisie, il y a les enquêtes patrimoniales, les enquêtes de police judiciaire et il y a un énorme travail à faire sur les confiscations. Aujourd’hui, la confiscation demeure pénale en France, en Belgique. Il faut absolument passer à des confiscations sans condamnation pénale du propriétaire qui nous viennent d’Italie et qui sont demandées par la Commission européenne, il y a vraiment une progression à faire sur follow the money. S’attaquer beaucoup plus agressivement au patrimoine pour qu’une fois qu’on a saisi ces biens aux gangsters, donc, la villa du trafiquant, elle, puisse être redistribuée à la société civile comme on fait en Italie et désormais en France, et qui donne de véritables résultats sur le changement de mentalité, car tout ce qui est arrestation et confiscation doit rester du monopole de la force publique. Mais quel rôle on les citoyens face à un crime organisé qui les concerne avec des fusillades et des bombes grenades à Anvers ? Les citoyens doivent avoir un rôle, et l’unique rôle c’est de pouvoir mettre des associations dans des biens qu’on confisque et que les citoyens voient concrètement au quotidien qu’avant, ça appartenait aux gangsters, et que maintenant ça nous appartient à nous et là on pourra travailler sur la notion de complicité, de consensus social envers la grande criminalité. »

Retrouvez l’intégralité du passage de Fabrice Rizzoli, président de Crim’HALT dans Cultures Monde : 🎙️ Anvers face à l’explosion du trafic de coke

Cliquez : La Belgique, nouvel eldorado de la mafia. Crim’HALT dans les médias : Quelles sont les lois efficaces contre le crime organisé ?

Crim’HALT sur TV5Monde : 500 kg de cocaïne saisis à l’usine Nespresso en Suisse

L’affaire EncroChat. La messagerie légale pour juteuses affaires illégales

L’USAGE SOCIAL DES BIENS CONFISQUÉS EN FRANCE. ON Y EST !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s