Crim’HALT dans Il Mattino :

 « Biens confisqués, les français sur les terres de Don Diana »

Avant même d’avoir posé le pied sur le sol italien, Erasmus+ « Crim’HALT et Culture Contre Camorra » était dans le principal quotidien napolitain Il Mattino, voici la traduction de ce billet :

Article de Tina Cioffo le 10 avril 2019

« Journalistes, bénévoles, mais aussi maires et fonctionnaires du ministère de l’intérieur français, la délégation arrivera à Caserte demain après-midi pour étudier et apprendre la réutilisation sociale des biens confisqués à la Camorra. Ce projet est une initiative de l’association Crim’HALT qui s’intéresse au thème de la lutte contre la mafia et la corruption (ndr accueilli par le Comité Don Diana)

Ce voyage les emmènera à la chocolaterie Dulcis in Fondo à Casal di Principe, dans un bien confisqué rue Barracca, à la Forza del Silenzio dans l’ancienne maison de Francesco Schiavone alias Sandokan dans la rue Bologna. Ainsi qu’à Mariano, dit Sessa aurunca, afin de visiter la coopérative Au-delà des rêves (Al di là dei Sogni), dans le bien confisqué au clan Moccia, aujourd’hui une référence dans le domaine de l’agriculture biologique et du parcours de réinsertion. Ils visiteront également Castel Volturno pour s’imprégner de l’expérience anti-racket et du volontarisme de l’association Jerry Essan Masslo.

Figurent également dans l’itinéraire d’autres biens restitués au domaine public, comme la Tipicheria, de l’association Teverolaccio di Succivo, et la fabrique de potirons (Fattoria fuori di zucca) dans le parc Maddalena, ancien hôpital psychiatrique d’Aversa.

Vendredi, le groupe avant-gardiste français sera à Casal di Principe pour une journée intense de réflexion sur la loi italienne et le potentiel de la réutilisation sociale des biens confisqués.

Ce long séminaire aura lieu à la Casa Don Diana (Public Sénat : Le théâtre de la Légalité), bien confisqué géré par le Comité Don Peppe Diana, avec les interventions entre autres du maire Renato Natale (cf. Antimafia), d’Isaiia Sales, enseignant à l’université de Soeur Orsola Benincasa de Naples et expert de l’histoire de la Camorra napolitaine, et de Gianluca Casillo, administrateur judiciaire des sociétés et biens confisqués, afin de mieux comprendre la procédure d’attribution des biens à des fins sociales et les problèmes rencontrés lors de la confiscation des sociétés.

En France, la loi sur la réutilisation sociale de tels biens est à l’étude du gouvernement » (cf Pour la seconde fois : une loi d’usage social des biens confisqués).

La ville de Paris vote pour la réutilisation sociale des biens confisqués

Le Conseil de la Ville de Paris adopte un vœu :

dans la capitale, les biens confisqués doivent être mis à disposition de l’intérêt général

Sur la base du travail et des propositions de l’association Crim’HALT, David Belliard, Jérôme Gleizes et des élu.e.s du Groupe écologiste de Paris (GEP), ont émis le vœu suivant lors du Conseil de Paris du 29 mars 2019 (cf. Tribune Du Groupe)

Que la Ville de Paris interpelle le gouvernement afin :

  • de lui permettre d’évaluer le nombre de biens immobiliers confisqués,
  • d’étudier les possibilités de leur transformation en lieux utiles socialement, qui répondent aux besoins des habitant.e.s et à l’urgence sociale, par exemple en étant mis à disposition d’associations ou d’organisations travaillant en faveur des personnes migrantes et réfugiées.
Capture d’écran 2019-04-10 à 17.20.34.png
[Conseil de Paris] Biens immobiliers acquis frauduleusement …

A ce titre, Crim’HALT appelle les associations à se regrouper autour de ce vœu afin de constituer groupe de travail et un projet pilote de mise à disposition des biens confisqués dans la ville de Paris.

Lire la suite

Pour la seconde fois : une loi d’usage social des biens confisqués

  Communiqué de presse

Crim‘HALT se réjouit du vote de la loi « usage social des biens mal acquis »

Unanimité à l’Assemblée Nationale

« Crim’HALT se réjouit du vote à l’unanimité de la proposition de loi de la députée El Hairy visant l’amélioration de la trésorerie des associations mardi 26 mars à 20h50, montrant ainsi le soutien inconditionnel du pouvoir législatif à l’initiative portée par Crim’HALT. »

En effet, cette proposition de loi, à son article 4, stipule que les immeubles confisqués aux criminels puissent être mis à disposition, à titre gratuit, des associations dintérêt général.« 

L’affectation sociale des biens mal acquis : des citoyens acteurs face à la grande criminalité

Fabrice Rizzoli – « En tant que président de Crim’HALT, je suis heureux que :

la maison du trafiquant de drogue devienne un hébergement d’urgence

l’appartement du corrompu soit mis à disposition dune association d’intérêt général

Militant de la cause depuis 10 ans, j’ai hâte qu’en France on puisse, grâce à la réutilisation des biens confisquéà des fins sociales, réparer le territoire des dommages causés par les trafiquants et les corrupteurs. »

L’appartement de Guéant doit servir à loger des associations anti-corruption. 

Cf. Opération « Guéant rends l’appartement« 

Crim’HALT au festival du cinéma italien de Voiron – la suite –

Invité au Festival du cinéma italien de Voiron, Fabrice Rizzoli a donné quatre conférences en deux jours, en particulier dans les lycées Pierre Beghin (Moirans), Édouard Herriot et Notre Dame des Victoires (Voiron).

Conférence Voiron
Article du Dauphiné Libéré, 28 mars 2019

C’était pour lui l’occasion de rappeler que la mafia n’est pas toujours celle représentée dans les films et qu’il est possible de lutter contre la criminalité organisée comme c’est le cas en Sicile, le berceau de la lutte anti-mafia. Fabrice Rizzoli a aussi affirmé que la société civile a un rôle à jouer dans ce combat et qu’il est donc nécessaire de l’impliquer en commençant par lui mettre à disposition des biens confisqués (cf. communiqué « Les biens confisqués échappent à la société civile« ).

http://arritti.corsica/attualita/sustegnu-a-david-brugioni-merre-di-centuri/

CRIM’HALT avec David BRUGIONI, maire de Centuri en Corse

Depuis son élection en 2014, David Brugioni, le nouveau maire de Centuri dénonce les pressions qui pèsent sur lui sur fond de bataille politico-judiciaire, de spéculation immobilière et d’affairisme

Son seul malheur, c’est d’avoir voulu préserver les terres de sa commune des  mains de spéculateurs peu scrupuleux en élaborant un nouveau Plan Local d’Urbanisme – PLU – respectueux du Code de l’urbanisme, de la Loi littoral, et en cédant une partie de de son littoral au Conservatoire Corse. Lire la suite

En France : plus tu fraudes, plus tu touches ?

Tout a commencé par la saisie du PNF par Anticor, association indépendante de lutte contre la corruption : il y aurait des fraudes massives aux subventions agricoles.

Retour sur un dossier hors normes?

L’enveloppe d’aides agricoles allouée à la Corse est de 36 millions d’euros par an, selon le site internet de la chambre d’agriculture, avec une aide à l’hectare éligible de 240 euros. Certains agriculteurs ont compris comment faire pour empocher des aides de l’Europe le plus facilement possible. Lire la suite