Pour la seconde fois : une loi d’usage social des biens confisqués

  Communiqué de presse

Crim‘HALT se réjouit du vote de la loi « usage social des biens mal acquis »

Unanimité à l’Assemblée Nationale

« Crim’HALT se réjouit du vote à l’unanimité de la proposition de loi de la députée El Hairy visant l’amélioration de la trésorerie des associations mardi 26 mars à 20h50, montrant ainsi le soutien inconditionnel du pouvoir législatif à l’initiative portée par Crim’HALT. »

En effet, cette proposition de loi, à son article 4, stipule que les immeubles confisqués aux criminels puissent être mis à disposition, à titre gratuit, des associations dintérêt général.« 

L’affectation sociale des biens mal acquis : des citoyens acteurs face à la grande criminalité

Fabrice Rizzoli – « En tant que président de Crim’HALT, je suis heureux que :

la maison du trafiquant de drogue devienne un hébergement d’urgence

l’appartement du corrompu soit mis à disposition dune association d’intérêt général

Militant de la cause depuis 10 ans, j’ai hâte qu’en France on puisse, grâce à la réutilisation des biens confisquéà des fins sociales, réparer le territoire des dommages causés par les trafiquants et les corrupteurs. »

L’appartement de Guéant doit servir à loger des associations anti-corruption. 

Cf. Opération « Guéant rends l’appartement« 

Crim’HALT au festival du cinéma italien de Voiron – la suite –

Invité au Festival du cinéma italien de Voiron, Fabrice Rizzoli a donné quatre conférences en deux jours, en particulier dans les lycées Pierre Beghin (Moirans), Édouard Herriot et Notre Dame des Victoires (Voiron).

Conférence Voiron
Article du Dauphiné Libéré, 28 mars 2019

C’était pour lui l’occasion de rappeler que la mafia n’est pas toujours celle représentée dans les films et qu’il est possible de lutter contre la criminalité organisée comme c’est le cas en Sicile, le berceau de la lutte anti-mafia. Fabrice Rizzoli a aussi affirmé que la société civile a un rôle à jouer dans ce combat et qu’il est donc nécessaire de l’impliquer en commençant par lui mettre à disposition des biens confisqués (cf. communiqué « Les biens confisqués échappent à la société civile« ).

Crim’HALT dans les Inrocks sur l’implantation de la mafia en Slovaquie

Le 25 février dernier, les corps sans vie du journaliste slovaque Jan Kuciak et de sa compagne Martina Kursinova sont retrouvés à leur domicile. Tout deux ont été assassinés par balles. Le journaliste enquêtait sur des affaires de corruption au sommet de l’Etat.

Suite à ce double meurtre, c’est tout un pays qui a décide de se soulever contre les pratiques peu scrupuleuses de son gouvernement, soupçonné d’être en lien avec la mafia italienne la Ndrangheta.

Le 8 mars dernier, ce sont donc plus de 30 000 slovaques qui se sont réunis à Bratislava pour dénoncer la corruption et réclamer la démission du premier ministre Robert Fico.

manifestations slovaquie
Manifestation anti-corruption à Bratislava, 08/03/2018

L’assassinat du journaliste, en plus de bouleverser la classe politique et la société civile slovaque, soulève la question plus globale de l’influence des mafias au sein du pouvoir public. C’est dans un entretien pour les Inrocks que Fabrice Rizzoli, président de Crim’HALT, est revenu sur l’implantation de la mafia calabraise en Slovaquie.

Avec un chiffre d’affaire estimé à plus de 53 milliards d’euros, la Ndrangheta s’impose comme la mafia la plus puissante et la plus riche d’Italie. N’agissant pas uniquement au sein du territoire national, la Ndrangheta s’exporte au delà des frontières italiennes. Sa présence en Slovaquie remonterait aux années 90.

Face aux gouvernements corrompus influencés par les groupes criminels, la société civile apparaît comme le dernier espoir dans l’établissement d’une classe politique plus juste et transparente.

Ainsi, Fabrice Rizzoli déclare à juste titre : « Pour changer les lois, il faut changer les mentalités« .

Retrouvez l’article en entier sur les Inrocks https://www.lesinrocks.com/2018/03/10/actualite/la-mafia-italienne-t-elle-pris-le-pouvoir-en-slovaquie-111053838/

 

 

 

 

 

 

 

 

Conférence – Lanceurs d’alerte et moralisation de la vie publique

Conférence

À l’initiative de Véronique Le Bihan et du collectif Index Orion (représenté par Pauline Gavrilov et René Pichon-Costantini), venez débattre en compagnie de :

  • Stéphanie Gibaud, lanceuse d’alerte sur les pratiques d’évasion fiscale de la banque UBS ;
  • Philippe Pascot, ancien élu en Essonne et militant pour la transparence de la vie publique ;
  • Fabrice Rizzoli, co-fondateur de Crim’HALT et auteur de « La mafia de A à Z ».

La moralisation de la vie publique est l’une des clefs du processus de refonte du lien de confiance entre les citoyens et les acteurs publics, au fondement de notre démocratie.

Les lanceurs d’alerte, refusant la compromission parfois au péril de leur avenir professionnel, nous ouvrent la voie vers la redéfinition de notre « contrat social ».

Page Facebook de l’évènement

Responsable du comité d’organisation : Thierry Hennebelle

 

Crim’HALT sur France 2 : « Casal de Principe, berceau de la mafia italienne »

Le 28 juillet dernier, Fabrice Rizzoli, président de Crim’HALT et auteur de « La mafia de A à Z », est intervenu dans l’émission Télé-Matin diffusée par France 2 sur le thème « Casal de Principe, berceau de la mafia italienne ».

Lire la suite

La lutte contre la cybercriminalité

Cet article constitue, avec celui sur les notions clés de la cybercriminalité, une synthèse pédagogique à considérer comme une introduction au monde du cyberespace, ses problématiques et enjeux. Les éléments qu’ils apportent serviront notamment de support au café débat Summer School Crim’HALT du 18 juillet 2016 sur la cybercriminalité et ses enjeux. Pour le lecteur souhaitant de plus amples informations, nous vous invitons à vous référer à la bibliographie proposée par les auteurs de cet article, ou bien à prendre directement contact avec notre équipe.

Lire la suite

La cybercriminalité : notions clés

Cet article constitue, avec celui sur la lutte contre la cybercriminalité, une synthèse pédagogique à considérer comme une introduction au monde du cyberespace, ses problématiques et enjeux. Les éléments qu’ils apportent serviront notamment de support au café débat Summer School Crim’HALT du 18 juillet 2016 sur la cybercriminalité et ses enjeux. Pour le lecteur souhaitant de plus amples informations, nous vous invitons à vous référer à la bibliographie proposée par les auteurs de cet article, ou bien à prendre directement contact avec notre équipe.

Lire la suite

Soirée Prix Falcone

https://i1.wp.com/www.anticor.org/wp-content/uploads/2015/03/prixgiovannifalcone.jpgLe Lundi 4 juillet 2016

19h30
Maison de l’Amérique Latine salon Brasilia

Justice-démocratie
L’association IFRAV
Crim’Halt comme Alternative
et The KitSon

vous invitent, entrée libre et gratuite, à une

conférence

« Argent, mafia et mondialisation »,

  • Jean de MAILLARD : « l’évolution de la finance criminelle »
  • Pierre PEAN : « journalisme et globalisation »
  • Myriam QUEMENER : « cybercriminalité et mondialisation »

Remise des prix

  • Prix JUSTICE à Jean de MAILLARD pour ses recherches et ses travaux sur la finance criminelle et la criminalité érigée en système

 

 

  • Prix DROITS DE L’HOMME au Pape FRANÇOIS, en raison de ses prises de position contre toutes les formes de criminalité économique et mafieuse

 

  • Prix DEMOCRATIE à Pierre PÉAN pour l’ensemble de ses ouvrages d’investigation

 

  • Prix DEMOCRATIE à Séverin Medori, maire de la commune de Linguizzetta et défenseur de la démocratie

Le prix Falcone, du nom du magistrat antimafia italien assassiné en 1992, honore chaque année la mémoire d’un homme ou d’une femme qui consacre sa vie à lutter contre la barbarie sous toutes ses formes.

De la mafia à l’évasion fiscale : quelle place pour la société civile ?

Document1

Crim’HALT vous convie à la conférence-débat organisée par le Collectif Roosevelt autour de Fabrice Rizzoli, sur la question :  » De la mafia à l’évasion fiscale, quelle place pour la société civile ? « .

Il s’agira, à cette occasion, d’échanger sur la nature de la grande criminalité, de la situation française et des solutions qui peuvent être envisagées, parmi lesquelles l’usage social des biens confisqués.

Le Collectif Roosevelt est un mouvement citoyen d’action, né à l’initiative de sociologues comme Stéphane Hessel et Edgar Morin. À l’occasion des élections présidentielles de 2012, le Collectif a notamment publié un manifeste appelant à réformer l’économie et repenser les pratiques de gouvernance liées à la fiscalité pour la répartition des richesses à des fins sociales et environnementales.

Rendez-vous le 26 mai à 19h30

Dans les locaux de l’AGECA, 177 rue de Charonne (Paris 11ème) 

Métros : Alexandre Dumas (M2), Charonne (M9)