Agrasc : Crim’HALT dans un reportage France3 Corse

Le président de Crim’HALT est intervenu dans le dossier spécial du JT de France 3 Corse, lundi 29 mars 2019

 « lutte contre le banditisme avec la saisie des avoirs et du patrimoine des voyous« 

Un sujet de Florence Antomarchi

L’AGRASC : une agence au service de la justice

Créée en 2010, l’Agence de Gestion et de Recouvrement des Avoirs Saisis et Confisqués (AGRASC) est chargée depuis 2011 de « faciliter la saisie et la confiscation en matière pénale » et de « procéder à l’ensemble des ventes avant jugement de biens meubles saisis » comme l’indique le site du Ministère de la Justice. Par exemple, en 2018, six biens ont été vendus en Cors pour un montant de plus de 2.4 millions d’euros. Lire la suite

Crim’HALT soutien Pierre Alessandri

images.jpeg

Crim’HALT condamne l’incendie criminel qui a ravagé la distillerie de Pierre Alessandri, le leader du Syndicat agricole « Via Campagnola » sur la commune de Sarrola-Carcopino en Corse du sud dans la nuit du 28 au 29 avril.

Face au départ de plusieurs foyers de feu simultanés, la piste criminelle ne fait aucun doute, c’est l’œuvre d’un commando de plusieurs personnes.

Rien ne peut justifier de détruire le fruit du travail d’un homme attaché à sa terre, parce qu’il a eu le courage de dénoncer en tant que syndicaliste, les fraudes aux aides à la PAC et les détournements de vote présumés lors des dernières élections au sein de la Chambre Agricole 2A. « Ces pratiques mafieuses doivent cesser… » (cf. France3 Corse)

Crim’HALT et ANTICOR lui apportent tout leur soutien.

Lire aussi En France : plus tu fraudes, plus tu touches ?

Crim’HALT auditionnée par la Commission Violence en Corse

 

Corsica ferries glorifie la mafia

capture-de28099ecc81cran-2019-05-03-acc80-12.05.08.pngLa société de transport maritime Corsica Ferries propose une publicité pour sa ligne Toulon-Sicile en faisant l’apologie de la mafia sicilienne.

La publicité nommée « Rejoins les Siciliens »  se décline dans une newsletter, des vidéos et des posts sur les réseaux sociaux. Elle utilise les codes graphiques et sonores du film « Le Parrain ». Des vidéos mettent en scène Don Vincenzo ou Don Lorenzo : une figure stéréotypée d’un mafieux plus proche d’un mafieux des années 70 (Al Pacino dans « Donnie Brasco »…) Dans une des vidéos, Don Vincenzo avec la voix rauque reproduit des codes mafieux fondés sur la violence (le couteau), la tyrannie de la famille. Lire la suite

Carte postale électronique de Crim’HALT depuis l’Italie

La Casa Don Diana

Dans le cadre du projet Erasmus+ « Crim’HALT et Culture Contre Camorra » Crim’HALT se rend cette semaine en banlieue napolitaine pour apprendre du Comité Don Diana les tenants et les aboutissants de la pratique italienne de l’utilisation sociale des biens confisqués. Les participants à ce voyage studieux, issus de la société civile et de divers univers (journalisme, associations militantes sur les droits fondamentaux et la lutte citoyenne, professeurs, agents de l’Etat, etc.) nourrissent un dialogue enrichissant avec les acteurs de la confiscation et de l’utilisation des biens confisqués.

 

Qu’est-ce que le Comité Don Diana ? Lire la suite

Crim’HALT dans Il Mattino :

 « Biens confisqués, les français sur les terres de Don Diana »

Avant même d’avoir posé le pied sur le sol italien, Erasmus+ « Crim’HALT et Culture Contre Camorra » était dans le principal quotidien napolitain Il Mattino, voici la traduction de ce billet :

Article de Tina Cioffo le 10 avril 2019

« Journalistes, bénévoles, mais aussi maires et fonctionnaires du ministère de l’intérieur français, la délégation arrivera à Caserte demain après-midi pour étudier et apprendre la réutilisation sociale des biens confisqués à la Camorra. Ce projet est une initiative de l’association Crim’HALT qui s’intéresse au thème de la lutte contre la mafia et la corruption (ndr accueilli par le Comité Don Diana)

Ce voyage les emmènera à la chocolaterie Dulcis in Fondo à Casal di Principe, dans un bien confisqué rue Barracca, à la Forza del Silenzio dans l’ancienne maison de Francesco Schiavone alias Sandokan dans la rue Bologna. Ainsi qu’à Mariano, dit Sessa aurunca, afin de visiter la coopérative Au-delà des rêves (Al di là dei Sogni), dans le bien confisqué au clan Moccia, aujourd’hui une référence dans le domaine de l’agriculture biologique et du parcours de réinsertion. Ils visiteront également Castel Volturno pour s’imprégner de l’expérience anti-racket et du volontarisme de l’association Jerry Essan Masslo.

Figurent également dans l’itinéraire d’autres biens restitués au domaine public, comme la Tipicheria, de l’association Teverolaccio di Succivo, et la fabrique de potirons (Fattoria fuori di zucca) dans le parc Maddalena, ancien hôpital psychiatrique d’Aversa.

Vendredi, le groupe avant-gardiste français sera à Casal di Principe pour une journée intense de réflexion sur la loi italienne et le potentiel de la réutilisation sociale des biens confisqués.

Ce long séminaire aura lieu à la Casa Don Diana (Public Sénat : Le théâtre de la Légalité), bien confisqué géré par le Comité Don Peppe Diana, avec les interventions entre autres du maire Renato Natale (cf. Antimafia), d’Isaiia Sales, enseignant à l’université de Soeur Orsola Benincasa de Naples et expert de l’histoire de la Camorra napolitaine, et de Gianluca Casillo, administrateur judiciaire des sociétés et biens confisqués, afin de mieux comprendre la procédure d’attribution des biens à des fins sociales et les problèmes rencontrés lors de la confiscation des sociétés.

En France, la loi sur la réutilisation sociale de tels biens est à l’étude du gouvernement » (cf Pour la seconde fois : une loi d’usage social des biens confisqués).

La ville de Paris vote pour la réutilisation sociale des biens confisqués

Le Conseil de la Ville de Paris adopte un vœu :

dans la capitale, les biens confisqués doivent être mis à disposition de l’intérêt général

Sur la base du travail et des propositions de l’association Crim’HALT, David Belliard, Jérôme Gleizes et des élu.e.s du Groupe écologiste de Paris (GEP), ont émis le vœu suivant lors du Conseil de Paris du 29 mars 2019 (cf. Tribune Du Groupe)

Que la Ville de Paris interpelle le gouvernement afin :

  • de lui permettre d’évaluer le nombre de biens immobiliers confisqués,
  • d’étudier les possibilités de leur transformation en lieux utiles socialement, qui répondent aux besoins des habitant.e.s et à l’urgence sociale, par exemple en étant mis à disposition d’associations ou d’organisations travaillant en faveur des personnes migrantes et réfugiées.
Capture d’écran 2019-04-10 à 17.20.34.png
[Conseil de Paris] Biens immobiliers acquis frauduleusement …

A ce titre, Crim’HALT appelle les associations à se regrouper autour de ce vœu afin de constituer groupe de travail et un projet pilote de mise à disposition des biens confisqués dans la ville de Paris.

Lire la suite